Le

à

La pointe du compas


Réservations 0384283942 / www.theatredupilier.com

L’adolescence ou la bascule des corps. Le passage de l’enfance à l’âge adulte est un moment charnière dans la construction de chacun.

Beaucoup de jeunes filles intègrent très tôt que leur corps «  pose problème  ». Il est le plus souvent «  trop  ». Trop montré,  trop  caché,  trop  gros,  trop  masculin,  trop  provocateur…

 

Tessa, lycéenne, prend la parole et nous interpelle. Elle sature de ce féminin, et de tout ce qu’il traîne derrière lui. Le gnangnan, la faiblesse et la dépendance. D’un regard acéré, elle scrute le monde autour d’elle et l’écrasant bagage que propose le fait de naître fille. Celui des hommes lui paraît, à tort ou à raison, plus libre et enviable. Elle nous parle de cette tenue vestimentaire dans laquelle elle décide de se cacher, un survêt XXL, qui va enfin lui permettre de sortir «  de la zone du sexe, de la drague et de tout le bordel qui va avec  ». Elle envoie tout valser avec humour et franchise. Derrière son discours provocateur, on découvre le portrait d’une jeune fille mise sous cloche par une mère terrifiée. Mais Tessa refuse d’avoir peur.