Tribunes politiques

Retrouvez les tribunes politiques de la période de juillet-août 2021.

TOUS ENSEMBLE POUR BELFORT

Tolérance zéro avec le harcèlement

Depuis plusieurs semaines, certains élus d’opposition accusent la Ville de Belfort de fermer les yeux sur le harcèlement.

Ce sont des accusations abjectes.

Un cas de harcèlement par un entraîneur bénévole au sein de l’ASMB en mai 2020 a été mis en avant. L’individu en question a été démis de ses fonctions par le Président du club moins de 48 h après son signalement et a été condamné par la justice en avril 2021.

Nous souhaitons souligner ici la réactivité du club et le fait que la justice républicaine a été rendue.
La violence et le harcèlement peuvent malheureusement survenir sous différentes formes et en tous lieux et notamment dans le milieu sportif. Face à cela, la Ville de Belfort a un rôle de prévention et d’accompagnement.

En ce sens, nous renforcerons notre soutien avec la mise en place dès la rentrée de septembre, d’une campagne d’information et de sensibilisation auprès des clubs, éducateurs, et familles. Ces actions seront l’occasion de former et d’aider les acteurs du sport à détecter les signaux, même faibles, des situations de violence, afin de les prendre en charge efficacement. En parallèle, nous continuerons, comme nous l’avons toujours faits, à sanctionner chaque manquement à l’éthique sportive.

Le monde sportif est construit sur de belles valeurs transmises par des éducateurs et des bénévoles soucieux de les inculquer, notamment aux plus jeunes. La Ville de Belfort lui conserve sa confiance et son soutien.

Pierre-Jérôme Collard
Maire-Adjoint de Belfort en charge du sport et des relations avec les clubs sportifs

 

 

 

2020 EN COMMUN

Harcèlement sexuel : des réponses fortes sont nécessaires !

Il a eu #MeToo, puis le témoignage de la patineuse Sarah Abitbol. Depuis, de plus en plus de cas de
violences sexuelles sont signalés dans le milieu du sport.

L’ASMB foot n’est pas épargné par ce fléau. Or, lors du conseil municipal du 27 mai, aucune décision n’a été prise : tout va soi-disant très bien sur le sujet à Belfort. Ces violences nécessitent pourtant qu’on les traite avec sérieux et c’est le sens de nos propositions, selon deux axes :

- la prévention, en se dotant d’outils pour éviter les actes de violences sexuelles, et en formant l’ensemble des élu.e.s et des dirigeant.e.s des clubs sportifs à ces questions,

- l’accompagnement, lorsque les faits se sont déjà déroulés, en soutenant les associations dont c’est le travail.

L’enjeu est de permettre la libération de la parole et le soin aux victimes : formation des encadrant.e.s, cellules d’écoute internes, lien avec les comités directeurs, soutien aux associations de lutte contre les violences sexuelles, valorisation des clubs et structures qui agissent sur le sujet grâce à un label. Tout doit être fait pour rassurer nos jeunes et leurs parents.

F. Chauche (LFI), M. Regnaud-Nassar, Z. Rundstadler, R. Schmitt (EELV)
elus@encommunpourbelfort.fr

 

 

 

BELFORT EN GRAND

Notre attractivité c’est l’excellence industrielle, pas Amazon !

L’excellence industrielle de Belfort doit rester notre priorité, son sauvetage une urgence. Belfort a de formidables atouts à conforter dans un écosystème autour de l’énergie et du transport. L’énergie de demain c’est un mix énergétique avec une filière hydrogène complète de la formation universitaire à la production. Grâce à Arnaud Montebourg, les 50 millions payés par GE ont aujourd’hui un effet levier incontestable. La venue de l’entreprise McPhy à Fontaine en est une démonstration, nous nous en réjouissons. Les collectivités doivent exiger dans un rapport de force avec l’Etat le sauvetage de notre industrie et investir en priorité sur ce secteur car un emploi industriel à forte valeur ajoutée en crée deux dans la sous traitance, quand un emploi précaire chez Amazon en détruit deux dans le commerce de proximité.

Samia Jaber (DVG), Bastien Faudot (GRS) et Jacqueline Guiot (Génération.s)

 

 

BELFORT AUTREMENT

Un vrai racket fiscal

Damien Meslot a décidé de frapper les Belfortains au portefeuille. Il augmente la taxe foncière de 50% sur la part Grand Belfort, et de 10% sur la part Ville de Belfort. Dur sera l’automne...

Et il a le culot de faire croire que « les Belfortains ne payeront pas plus », en s’appuyant sur la suppression - qu’il dénonce par ailleurs - de la taxe d’habitation pour 80% des Belfortains, décidée par le gouvernement.

En 2020 déjà, il avait assommé les petits commerçants et artisans en augmentant la CFE (+250% pour certain !).

Un vrai racket fiscal que nous refusons de cautionner.

Marie-José Fleury et Christophe Grudler

Informations annexes au site