Tribunes politiques

Retrouvez les tribunes politiques de la période janvier-février 2020.

TOUS ENSEMBLE POUR BELFORT

La culture comme ambassadrice

Avec un record de plus de 3 500 visiteurs venus de toute la région pour l’exposition « La caisse à remords » présentant des gravures de Pablo Picasso, la Donation Jardot a dignement fêté son 20e anniversaire. Les fêtes de fin d’année se révèlent d’ailleurs être un excellent vecteur de public pour le musée qui enregistre une hausse de sa fréquentation, particulièrement depuis le lancement de la 6e édition du Mois Givré. Un public qui n’hésite pas à profiter des animations de fin d’année et des expositions culturelles par la même occasion. 

La Donation pourra très prochainement accueillir encore davantage de public grâce à une extension de 600 m². Le square Lechten qui l’entoure, inscrit aux Monuments historiques, sera également agrandit de 1 000 m². La Donation s’est également fait une place au coeur de la capitale grâce au partenariat exceptionnel signé avec la Fondation Louis Vuitton. Dans le cadre duquel la Donation prête 32 oeuvres pour la tenue à Paris de l’exposition « Le monde nouveau de Charlotte Perriand ». La présence des oeuvres belfortaines dans un grand musée d’art contemporain vient reconnaître leur qualité et va leur permettre de rayonner bien au-delà de nos frontières.

Le festival international de cinéma « Entrevues » reçoit un public toujours plus nombreux avec un record de plus de 23 000 spectateurs présents pour sa dernière édition au mois de novembre. Le public est de plus en plus nombreux à se retrouver dans ce festival qui sait attirer quelques grands noms du cinéma mais également révéler de jeunes talents. 

L’Orchestre d’harmonie de la Ville de Belfort et le Conservatoire à rayonnement départemental Henri‑Dutilleux se sont également placés sur la scène culturelle internationale avec l’organisation du premier concours international de composition pour orchestre d’harmonie à Belfort et seulement le deuxième du genre en France. 113 compositeurs provenant de 19 pays ont participé et ont permis au concours de se hisser dès sa première édition parmi les plus importants d’Europe.


Marie Rochette de Lempdes,
adjointe au Maire chargée de la culture

BELFORT INNOVANTE ET BIENVEILLANTE

Présents et combatifs

Cher(e)s Belfortain(e)s, nous avons siégé en votre nom durant 6 ans au conseil municipalet fort de notre légitimité démocratique, nous avons alerté, défendu, combattu, mais également beaucoup proposé, malgré les diffamations et nombreuses tentatives d’entraves démocratiques auxquelles nous avons été confrontés. 

Nous avons réussi, avec le soutien de très nombreux Belfortains, à empêché le projet inutile et au coût exorbitant de promenade dans la Savoureuse, la proposition dispendieuse de parking souterrain derrière le Théâtre tout comme celle d’une urbanisation disproportionnée aux Forges... Mais nous n’avons malheureusement pas pu empêcher le projet de bétonisation du site de l’hôpital, le fiasco humain et financier des Francas, la mise sous tutelle des centres socioculturels, la casse de nos politiques éducatives, la mauvaise gestion de nos finances avec un gaspillage d’argent public de plus de 8 M€ (l’équivalent de la réfection de 4 écoles) ! 

Le mandat de M. Meslot se termine sans vision et sans aucun projet structurant qui prépare l’avenir de notre territoire. Tout reste à bâtir !

S Jaber (divers gauche), J Guiot (Génération.s), A Dreyfus Schmidt (PRG)

RÉUNIR

Budget 2020 : l’heure des comptes

Le groupe Réunir vous présente, à chacune et chacun d’entre vous, ses meilleurs voeux pour l’année 2020 qui ouvre une décennie nouvelle. 

Cette nouvelle année est pour la municipalité le moment de la préparation du budget. À Belfort, les années se suivent et se ressemblent et Belfort est loin de bénéficier d’une saine gestion. Alors qu’aucun projet structurant n’aura vu le jour depuis 2014, le bloc communal (ville + agglomération) a vu son endettement augmenter de + 29% ! Dans ces conditions, les marges de manoeuvres sont étroites, malgré quelques augmentations d’impôts et de taxes, du tarif de stationnement ou encore le rétablissement de la taxe sur les enseignes. Car parallèlement, la population de la ville est passée en 2019 sous la barre des 49 000 habitants, le petit commerce souffre, les premières conséquences du plan de licenciement chez General Electric se font sentir et les familles belfortaines se paupérisent.

Dans ces conditions, les recettes diminueront immanquablement dans les années à venir. La dette n’est pas un problème en soi : elle peut être utile à condition de financer des projets qui renforcent l’attractivité de Belfort, comme ce fut le cas hier avec les investissements pour le TGV, l’université, les transports, l’embellissement de la ville. Belfort a besoin de retrouver une vision d’avenir.

Bastien Faudot GRS, Emmanuel Fillaudeau LFI, Francine Gallien DVG, René Schmitt EELV, Selim Guemazi GRS

BELFORT BLEU MARINE

La rédaction n'a pas reçu la tribune.

NON AFFILIÉ À UNE LISTE

Le nazisme

Ce régime allemand a disparu ; pendant des années on en a peu parlé puis on a voulu s'en souvenir. Il est important que ce souvenir soit complet, que les causes soient détaillées et que le prêt à penser cesse de décrire l'histoire comme si elle pouvait être superficielle. Entre les causes et les conséquences il y a les méthodes et l'anti-nazisme peut s'apparenter au nazisme en les reprenant.

Marc Archambault (fils et petit fils de déportés)

NON AFFILIÉE À UNE LISTE

Certains pensaient le peuple à l’agonie

« Mais l’agonie a ses ruades. En langue politique, cela s’appelle réaction », disait Victor Hugo. À quelques mois des élections municipales, je forme le voeu que les Belfortains sauront se mobiliser nombreux : pour faire le choix de la défense des services publics et la protection des populations d’abord, le choix de l’innovation dans tous les domaines ensuite, bref le choix d’un avenir audacieux pour Belfort.

Isabelle Lopez

Informations annexes au site