Gestion différenciée

La ville de Belfort a intégré la notion de "gestion différenciée" dans l’entretien des espaces verts. La ville perçoit ce mode de gestion comme un moyen de réponse à des problématiques économiques, sociales et environnementales. Grâce à ce mode de gestion la nature retrouve une place en ville.

La gestion différenciée, ça consiste en quoi ?

La gestion différenciée des espaces verts est fondée sur la diversification des pratiques de gestion. Elle  dépend de l’usage, des caractéristiques et des potentialités écologiques du milieu. La diversification des modes de pratique permet de gagner du temps pour entretenir des espaces de manière plus écologique.

Les quatre enjeux de la gestion différenciée :

Enjeux sociaux

  • Améliorer le cadre de vie des habitants,
  • Sensibiliser le grand public à l’environnement.

Enjeux culturels

  • Valoriser l’identité des paysages communaux,
  • Mise en valeur des sites patrimoniaux,
  • Valoriser le savoir-faire et l’art du jardinier.

Enjeux environnementaux

  • Préserver et enrichir la biodiversité des espaces naturels et en ville,
  • Gérer les ressources naturelles,
  • Limiter les pollutions,
  • Economiser les ressources en eau.

Enjeux économiques   

  • Faire face à des charges de travail de plus en plus lourdes dues à l’augmentation des surfaces à entretenir,
  • Optimiser les moyens humains, matériels et financiers.

Classification des espaces

L’intensité de l’entretien est graduée en différentes classes (de 1 à 4) selon s’il s’agit d’un espace horticole ou naturel.

Classe I Espaces horticoles
Ici la nature est très maîtrisée. L’entretien est régulier et fréquent afin de maintenir un aspect très soigné (tonte au moins 1 fois par semaine). On retrouve la C1 essentiellement aux abords de monuments importants (Mairie, Musée, Eglise…) et dans certains parcs urbains, les terrains de sport.

Classe II Espaces jardinés
Ici la nature est domestiquée. L’espace est composé d’arbustes et de plantes vivaces horticoles. L’entretien y est régulier mais la taille des végétaux est plus naturelle (tonte 2 à 3 fois par mois). On retrouve dans cette catégorie la majorité des parcs urbains.

Classe III Espaces rustiques
La nature est encouragée. On favorise les prairies fleuries et des végétaux indigènes. Les jardiniers interviennent ponctuellement (tonte 1 fois par mois). La vocation écologique est importante. On retrouve la C3 sur les extérieurs de ville dans certain parc et sur des espaces peu fréquentés.

Classe IV Espaces naturels
Ici la nature est privilégiée. L’intervention humaine est très ponctuelle et permet de maintenir le milieu ouvert. Aucune utilisation de produit phytosanitaire n’est autorisée. Ces espaces ont un fort potentiel d’accueil pour la biodiversité. On retrouve la C4 généralement sur les bords de route ou dans les espaces naturels.

Informations annexes au site